This Browser is not good enough to show HTML5 canvas. Switch to a better browser (Chrome, Firefox, IE9, Safari etc) to view the contect of this module properly

News

Location meublée : suppression de la condition...
1.Notre actualité   La suppression de la condition d'inscription au RCS est légalisée pour les...
Lire la suite ...

Comment prendre RDV avec mon service
https://www.impots.gouv.fr/portail/particulier/questions/comment-prendre-rendez-vous-avec-mon-ser...
Lire la suite ...

La fiscalité de l'assurance-vie évolue
  Le Gouvernement a annoncé : la mise en place d’un Prélèvement Forfaitaire Unique...
Lire la suite ...

Fiscalité : les dernières informations
ISF, «flat tax», fiscalité de l’assurance vie : nos dernières informations Le projet de loi de...
Lire la suite ...

Les lettres d'information
Lettre 3ème Trimestre 2020 Lettre 2ème Trimestre 2020 Lettre 1er Trimestre 2020 Lettre 4ème...
Lire la suite ...

Contactez nous !



Pour tous renseignements contactez nous au

04 50 40 12 89

La location de studios meublés pour de courtes périodes est susceptible de porter atteinte à la destination résidentielle de l'immeuble

La location de studios meublés pour de courtes périodes est susceptible de porter atteinte à la destination résidentielle de l'immeuble 

La destination résidentielle d'un immeuble en copropriété peut s'opposer à ce que l'un des copropriétaires loue pour de courtes périodes des appartements transformés en « hôtels studios meublés » avec prestations de services, juge la Cour de cassation.

Dans l'affaire qui a donné lieu à cette décision, des copropriétaires avaient divisé quatre appartements en studios, qu'ils entendaient louer via un site internet de réservation en ligne. D'autres copropriétaires ont alors demandé la remise en état de ces appartements, et la cour d'appel a fait droit à leur demande. Les juges ont estimé qu'il résultait des stipulations du règlement de copropriété que l'immeuble était principalement à usage d'habitation, avec possibilité d'usage mixte professionnel-habitation et à l'exclusion de toute activité commerciale, cela traduisant une volonté de stabilité des occupants. Le caractère résidentiel de l'immeuble était privilégié, également, par l'obligation pour le copropriétaire d'aviser le syndic de l'existence d'un bail dans les 15 jours de l'entrée dans les lieux du locataire.

La cour d'appel en a souverainement déduit, estime la Cour de cassation, que l'installation par les copropriétaires, dans leurs lots, d'occupants pour de très brèves périodes ou mêmes des longs séjours, dans des « hôtels studios meublés » avec prestations de services, entraînait des rotations de périodes de locations qui ne correspondaient pas à la destination de l'immeuble.

Cass. 3e civ., 8 mars 2018 n° 14-15864

Mis à jour le vendredi 16 mars 2018 08:49

Go to top